Les oreilles loin du front
Accueil du site > Emissions > Hector est mort : un accident mortel au travail à la Citadelle d’Amiens passé (...)

Hector est mort : un accident mortel au travail à la Citadelle d’Amiens passé sous silence - Une enquête de François Ruffin

MP3 - 84.4 Mo

jeudi 20 juin 2013, par loldf

Un accident mortel au travail dans le chantier "phare" de la ville d’Amiens : onze années de silence et de mépris

Nous diffusons un entretien avec François Ruffin autour de l’enquête qu’il a menée pendant près de onze ans sur un accident mortel au travail, dont le traitement (notamment en matière de justice) est emblématique du mépris des institutions pour les classes populaires.

L’enquête est publiée sous le titre "Hector est mort" aux Editions Fakir.

C’était à Amiens, le 22 février 2002, un jeune homme, Hector Loubota, travaille sur le chantier d’insertion de la Citadelle. Grimpé sur un échafaudage, par temps de pluie, il fait de la maçonnerie. Tout d’un coup, un pan de mur s’effondre, et il meurt écrasé sous 600 kilos de pierre.

Dans le dossier d’instruction, l’expert Saissi rend un rapport accablant : le chantier a été lancé sans « aucune analyse des terrains », sans « étude préalable du bâti », sans « aucun suivi régulier », sans même « le nom d’une personne chargée de la sécurité » !

« Je fais confiance à la justice de ce pays », avait commencé par dire Monsieur Bernard Loubota, le père de la victime. Mais au printemps 2007, après cinq années d’attente, il commence à trouver le temps long : c’est qu’étrangement, les juges d’instruction se refilent le dossier – puis l’oublient.

Onze ans plus tard, ce n’est plus le cas. Et c’est le président du Bureau International du Travail en personne, Gilles de Robien, ancien maire d’Amiens, ex-ministre, qui comparait pour "homicide involontaire".

Le procès se déroulera mardi 25 juin à 9h00 au tribunal correctionnel d’Amiens.

Le jeudi 20 juin, le collectif de soutien à la famille Loubota fera une cérémonie en hommage à Hector Loubota. Une plaque commémorative sera posée, en présence de la famille, à l’entrée de la Citadelle.

Le collectif de soutien à la famille Loubota regroupe la CGT 80, la LDH 80, Sud-Education, Solidaires 80, ATTAC, les CEMEA de Picardie, le RESF, l’Aube nouvelle, la Gauche Unitaire, le Parti de Gauche, l’UNEF, la CGT-Zone industrielle, l’association Fakir.

Pour en savoir plus :

-  Hector est mort , enquête de François Ruffin, Fakir Editions, 6 euros : à commander sur le site internet des Editions Fakir.

-  Mort dans le parc à pauvres : accusée, la ville se tait , article de Fakir, novembre 2002 : http://www.fakirpresse.info/IMG/pdf...

- le site de Fakir : http://www.fakirpresse.info/

- tract "le mépris c’est fini" à télécharger ici :

PDF - 2.2 Mo

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0